Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 12:42

lunettes


S

erez-vous vraiment étonnés que j’évite soigneusement de tremper ma plume électronique dans l’encre de la banalité pour ajouter un nième commentaire dans la forêt de débilités que nous avons à subir concernant les ennuis de santé de Johnny Halliday ?

Je vous laisse consulter à votre guise un florilège des "johnniaiseries" que nous offre le site rue89.

Laissons aux avocats le soin de démêler ce sac de nœud aux conséquences financières considérables.

A la vérité j’avais d’abord imaginé vous réjouir en vous apprenant que la seule évocation du chocolat pouvait déclencher dans le cerveau des réactions en chaine via une hormone conduisant à une augmentation de la glycémie dans le sang. Penser au chocolat suffirait donc à dynamiser notre énergie.

Mais la lecture des titres de Wired Sciences  m’a détourné de mon projet initial.

Le premier est assez inquiétant dans le fond puisqu’il nous apprend que la zone d’exclusion de Tchernobyl reste beaucoup plus radioactive, plus de 23 ans après la catastrophe, que ne le prévoyait les calculs des experts.

Intéressante mais un peu effrayante remise en cause des certitudes toujours affichées avec un aplomb indestructible par les défenseurs du nucléaire qui à force de banaliser les risques et conséquences finissent par alimenter la besace des antinucléaires.

Le second vient probablement compléter le précédent puisqu’il nous apprend que la cellule de scientifiques mise à la disposition des journalistes qui couvrent le sommet de Copenhague pour répondre à leurs questions est pratiquement au chômage.

Ils ne sont pourtant pas moins de 650 à avoir répondu à l’appel de l’AGU pour aider les journalistes à comprendre et à expliquer les enjeux des accords qui seront peut-être entérinés à l’issue du sommet.

Nous sommes pourtant un certain nombre à penser que ces futures possibles décisions ne sont pas sans importance.

On peut imaginer que cette désaffection fasse suite à ce qu’on a un peu rapidement appelé la climat gate et qui sème apparemment toujours le trouble dans les esprits sur les dangers soulevés par les scientifiques.

Y aurait-il un vrai hiatus entre le commun des mortels et le monde scientifique qui ferait douter sans justification de leurs affirmations ?

On voit bien avec :

° Les enjeux de ce sommet de la terre,

° la pandémie de grippe A(H1N1)2009,

° les controverses enflammées sur les vertus et les dangers du nucléaire,

° les conséquences pourtant soigneusement démontrées sur le réchauffement des
   émissions de suies dans l’atmosphère

° les dégradations de la flore et de la faune marine constatées en mer du Nord
  et en méditerranée

     ° et bien d’autres exemples tous aussi réjouissants les uns que les autres,

que nous sommes saoulés de nouvelles alarmantes.

Cette overdose a comme conséquence, dans une sorte de reflexe de sauvegarde, une espèce d’indifférence voire d’incrédulité.

A moins que l’explication vienne tout simplement de l’augmentation de la myopie que l’on constate aux États-Unis ?

Alors que dans les années 70 on recensait 25% de myopes dans la population, ce taux est passé à 40% de nos jours soit 66% d’augmentation.

Parmi les explications possibles il y aurait l’apparition des jeux vidéo et l’augmentation du temps passé à la lecture de prés.

Il y aurait aussi le fait que les enfants passent moins de temps au grand air donc stimulent moins leurs yeux à voir plus loin à la lumière du jour.

D’après Jane Gwiazda, psychologue à l'Ecole d'optométrie de la Nouvelle-Angleterre à Boston, la lumière naturelle pourrait aussi stimuler la production de dopamine, qui est connu pour inhiber la croissance de l'œil, et de vitamines D supplémentaires pour lutter contre le soleil, ce qui pourrait contribuer à la régulation de la croissance des yeux.

A force de regarder de plus en plus prés, à se concentrer sur des avatars virtuels se disputant la suprématie de planètes imaginaires, à ne plus regarder avec des yeux ébahis les beautés de la nature nous deviendrions physiquement myopes comme nous le sommes hélas déjà quand il s’agit de préserver la planète ou de notre santé.


Patrice Leterrier

16 décembre 2009

 

Fichier PDF

Partager cet article
Repost0

commentaires