Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 17:31


P

eur, rumeur, déni, fuite, suicide, boucs émissaires, héros et "salopards" forment le cortège qui accompagne toute pandémie, comme le souligne le professeur Paul Léophonte sur canal académie(1).

Il oublie la manipulation! La manipulation par des dirigeants prêts à n’importe quel geste spectaculaire. Dans le meilleur des cas, les mesures prises sont parfaitement inutiles. Elles peuvent être un prétexte chargé d’arrière-pensées moins anodines comme la décision prise par l’Egypte d’abattages massifs de porcs et celle de la Russie d’interdire l'importation de viande en provenance de certains pays.

Les autorités russes précisent que ces interdictions concernent "les cochons, la viande de porc et les produits dérivés qui n'ont pas fait l'objet d'un traitement thermique à une température minimum de 80° Celsius pendant au moins 30 minutes". L’argumentation des russes est folklorique!

Celle des égyptiens semble fortement suspecte de vouloir donner des gages aux intégristes musulmans. La population égyptienne compte 80% de musulmans pour qui le porc est considéré comme impur, car se nourrissant principalement des déchets laissés par l'homme

Les autorités égyptiennes avaient d'abord présenté la mesure comme une précaution face à la grippe "porcine". Devant le tollé soulevé dans la communauté scientifique, elles ont dû faire volte face.

Elles invoquent maintenant une mesure d'hygiène publique qui vise la minorité chrétienne copte qui élève et consomme du porc. Elle représente entre 6 et 10% de la population. Le directeur du département des maladies infectieuses au ministère égyptien, Saber Abdel Aziz Galal, a déclaré "Aujourd'hui, (les porcs) vivent avec des chiens, des chats, des rats, des volailles et des hommes, tous dans la même zone avec les détritus ".

Le porc (du latin porcus) est apparu au tertiaire en Asie mineure dans la région du Turkestan. Il a d’abord colonisé l’Asie avant de se répandre en Afrique et en Europe.

Dans la mythologie grecque, on l’associe à Déméter, déesse de la fécondité et de l’agriculture. Chez les Romains, il devient l’attribut du dieu Esus, tandis que les Égyptiens lui prêtent une image double associée à la fécondité, mais aussi à la malfaisance.

Autrefois en France chaque paysan comptait sur ses cochons pour nourrir sa famille en cas de coups durs. Ce caractère de réserve sur pied a d’ailleurs donné la tradition du cochon comme tirelire.

Dans les campagnes françaises, tuer le cochon était et est toujours une fête, une occasion de partager l’illusion de l’opulence le temps d’un festin.

Depuis le début de l’apparition de la grippe A (H1N1)(2), aucun foyer épizootique n'a été signalé chez les porcs ni au Mexique ni aux États-Unis. De plus, le virus ne se trouvant pas dans le muscle, il n'y a aucun danger à consommer de la viande de porc.

Cependant le virus a été transmis fin avril à des porcs par un fermier de la province de l'Alberta au Canada. Il n'est donc pas impossible que de nouvelles évolutions génétiques par le processus de réassortiments des gènes se produisent dans des élevages de porcs, donnant une nouvelle souche dont le pouvoir pathogène pour l'homme est imprévisible

Pour cette raison, la FAO exhorte les autorités nationales et les agriculteurs à contrôler attentivement les élevages pour y déceler d'éventuels symptômes de grippe. Des strictes mesures de sécurité, notamment la limitation des mouvements des animaux, des marchandises et des personnes, doivent être prises dans toutes les fermes d'élevage porcin si des signes de maladies respiratoires sont décelés.

Aucune raison en tout cas d’abattre systématiquement les porcs comme dans le cas de la maladie de la vache folle. Il est bon en effet de rappeler que le Prion(3), responsable de l'encéphalopathie spongiforme bovine transmissible à l’homme et provoquant la Maladie de Creutzfeldt-Jakob, se trouve dans certaines parties consommables de la viande d’animaux contaminés contrairement au virus A (H1N1).

Si cette pandémie, comme on le souhaite, reste maîtrisée, elle aura en tout cas comblé les intégristes musulmans égyptiens qui peuvent ainsi assouvir leurs haines du cochon et du copte (ou l’inverse! Va savoir avec un intégriste…).


Patrice Leterrier

7 Mai 2008

 

(1) Voir l’Histoire de la grippe espagnole sur canal-académie.

(2) Elle semble, jusqu’à présent, être remarquablement maîtrisée au niveau mondial et national même si les inconditionnels de la critique ne manqueront évidemment pas de répandre la rumeur qu’elle est d’autant mieux contrôlée que le danger est totalement surestimé voire inexistant…

(3) Le prion est une protéine qui a une forme différemment repliée d'une protéine normale et qui possède des propriétés infectieuses.

Partager cet article
Repost0

commentaires