Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 avril 2009 5 17 /04 /avril /2009 21:33


Davis Troy

D

avis Troy n’aura pas droit à un nouveau procès. Il a été condamné en 1991 pour le meurtre supposé mais jamais prouvé d’un policier blanc de 27 ans, Mark MacPhail, sur un parking d'un Burger King à Savannah dans l'état américain de Géorgie dans la nuit du 19 août 1989. Sur neuf personnes ayant témoigné, sept se sont depuis rétractées, assurant avoir fait l'objet de pressions de la part des policiers juste après les faits. L'arme du crime n'a jamais été retrouvée, ni aucune empreinte digitale ni trace ADN. Un autre homme, témoin à charge dans le procès contre Troy Davis, se serait même vanté ensuite d'avoir tiré ce soir-là sur la victime. Hier, une cour d'appel américaine a rejeté son appel. L'exécution de Davis Troy est toutefois suspendue pour 30 jours car il peut faire appel devant la Cour Suprême. Lors d'un arrêt rendu, la cour d'appel fédérale d'Atlanta (Géorgie) a estimé, par deux juges contre un, que Troy Davis n'avait pas fourni "des éléments suffisamment convaincants pour démontrer son innocence et nous obliger à agir". Beaucoup de leurs arguments se basent sur des problèmes de dépassement de délais pour le dépôt d'appels ou de recours. La troisième juge, Rosemary Barkett, en désaccord avec les deux autres, a affirmé que "le fait d'exécuter Davis, alors qu'il y a un volume significatif de preuves qui pourraient établir son innocence, est inconcevable et anticonstitutionnel". L'organisation de défense des droits de l'homme Amnesty International a regretté cette décision, qualifiée "d'entrave à la justice, qui pourrait conduire à l'exécution d'un homme qui présente de fortes probabilités d'innocence".C’est au moins la quatrième fois que ce condamné à mort obtient un sursis avant son exécution. Par trois fois, il a appris une suspension de l'exécution quelques heures avant l'injection mortelle. "La décision d'aujourd'hui est un affront aux droits de l'homme et démontre que les détails techniques sont devenus une dangereuse excuse qui affaiblit l'exigence de justice", écrit Larry Cox, directeur d'Amnesty international USA. La peine de mort est sérieusement mise en question aux Etats Unis du fait de son coût. Le 18 février, le journal le monde nous apprenait que "La condamnation à mort coûte en effet parfois jusqu'à dix fois plus cher que la condamnation à la prison à vie. Outre un procès plus complexe et plus long, les procédures d'appel durent des années et, la plupart du temps, les condamnés sont défendus par des avocats payés par l'Etat. Entretenir un couloir et une chambre de la mort est aussi plus onéreux en termes de surveillance notamment". Mais même si on peut se scandaliser des raisons de cette mise en question de la peine de mort, même si pour ces raisons Davis Troy est probablement un des plus onéreux des condamnés, même s’il échappe encore une fois à l’exécution, il reste que cet homme est depuis presque 20 ans en Prison pour un  crime qu’il n’a probablement pas commis. Barak Obama serait bienvenu de s’occuper de ce scandale plutôt que de nous parler de son chien qui alimente la presse américaine.


Patrice Leterrier

17 Avril 2009

Partager cet article
Repost0

commentaires