Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 22:49

I

l y a des jours où l’actualité ressemble à s’y méprendre à des tours de magie. Les médias, relayant complaisamment les hommes politiques, s’échinent à attirer nos regards, de manière à nous masquer les événements sérieux qui se déroulent sous nos yeux abusés par l’éclairage aveuglant, sur des détails somme toute secondaires. Tout le landerneau politique s’agite pour délibérer de l’opportunité de légiférer sur les bonus (qui ont déjà été supprimés comme le souligne avec malice le canard enchainé) et les stocks options des dirigeants des entreprises aidées par l’état. La remarque de Laurence Parisot soulignant qu’il aurait suffit de prévoir cette clause dans le protocole des prêts accordés n’est pas stupide. Elle aurait évité ce ramdam mais on peut aussi penser, sans faire preuve de machiavélisme pervers, qu’il est voulu pour nous détourner d’autres sujets plus en rapport avec la responsabilité des politiques. On apprend avec compassion le triste sort du plus célèbre RPC (responsable mais pas coupable) de la banque, j’ai nommé Daniel Bouton. Comment pourra-il survivre avec une retraite comprise entre 725 000 selon l’aveu de la Société Générale et 1 million d’euros selon l’Express par an ! Evidemment si on compare avec la retraite à 20 millions de dollars, accompagnée de primes en tout genre, de l’ex-PDG Rick Wagoner de General Motors on comprend son désappointement ! On comprend aussi que la règle est évidente : plus les désastres produits par les dirigeants sont importants, plus la prime de départ est énorme et plus la retraite est dorée. Et puis il vaut mieux prendre sa retraite doit se dire François-Henri Pinault, retenu par des salariés de la FNAC et de Conforama à sa sortie d'un comité européen de PPR à Paris. Décidément ce n’est pas une sinécure que d’être un patron aux commandes par les temps qui courent… Ce qui est particulièrement choquant dans cet éclairage insensé sur les dirigeants, c’est, outre qu’il rejaillit sur l’immense majorité de ceux qui s’efforcent de se battre pour créer de la richesse et des emplois, qu’il estompe complètement les vrais plaies et misères de notre pays et du monde. Cette stratégie de la diversion a déjà été utilisée par exemple pour masquer les problèmes de la psychiatrie en France en focalisant sur les quelques ratées - certes dramatiques mais marginales - de schizophrènes libérés par imprudence ou erreur. Que dire de cette ruse fanfaronne de Nicolas Sarkozy d’annoncer qu’il est prêt à faire un clash en cas de résultats insuffisants au G20 de sorte à ne pas assumer sa part de responsabilité. Non décidément ce n’est pas avec de telles ficelles, qui ressemblent à d’énormes cordages, que l’on pourra longtemps endormir nos concitoyens. Le réveil risque d’être brutal. Et puis il y a aussi cette indifférence coupable envers les grandes misères de l’Afrique (je sais je radote mais je persiste et signe !). Il faut de l’acharnement dans la recherche pour apprendre que l'épidémie de choléra au Zimbabwe a fait 4 011 morts depuis août 2008 et contaminé plus de 89 000 personnes. Qui s’intéresse à la situation au Darfour où, près d'un mois après l'expulsion par le gouvernement soudanais de treize des principales ONG, une catastrophe humanitaire se prépare ? Faut-il que les hommes politiques soient devenus bien inconséquents ou bien lâches pour nous amuser comme les empereurs romains en lâchant les lions médiatiques sur des victimes trop faciles au lieu de nous promettre la seule chose qu’il puisse tenir : de la sueur et des larmes pour affronter les dures réalités d’aujourd’hui!


Patrice Leterrier

31 Mars 2009

Partager cet article
Repost0

commentaires