Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 février 2009 6 28 /02 /février /2009 17:48


Quand la mer monte m’avait fait découvrir une Yolande Moreau irrésistible de sensibilité, de justesse et d’humour grinçant. La voilà au panthéon des Césars rejoignant deux icones du cinéma français Romy Schneider et Catherine Deneuve! Elle pourrait dire, malgré sa douceur naturelle, "Veni, vidi, vici" comme le dictateur romain (et non l’artiste contesté du pouce, auteur de l’horrible objet lourd qu’elle a reçu)! Elle n’a rien d’une vamp, elle ne fait pas le bruit d’un Dany Boon – qui, non content d’avoir été l’acteur le mieux payé du cinéma français avec 26 millions d’euros, avait trouvé le moyen de relancer la pub des Ch’tis en déclenchant une polémique sur les Césars. C’était bien la peine pour finalement venir faire piteusement un numéro de pitre indécent en bas de jogging orange et veste de smoking, remuant devant nous son égo dégoulinant sans la moindre pudeur. Rien à voir avec la finesse et la sensibilité d’une Yolande Moreau, qui est simplement une grande actrice, ayant le don de nous émouvoir sans subterfuge inutile, sans paillette, certes avec un faux nez ridicule clin d’œil à la "commedia dell’arte" dans la mer monte mais surtout un immense talent enfin reconnu. J’irai donc voir Séraphine en me délectant par avance ! Il fait un temps splendide sur notre belle région de Provence en ce matin du dernier jour de février. C’est ainsi depuis 1583, selon le calendrier instauré par le pape Grégoire XIII, de son vrai nom Ugo Boncompagni (pape de 1572 à 1585). Il avait confié au savant jésuite allemand Christopher Clau dit Christophorus Clavius le soin pour corriger la dérive séculaire du calendrier julien. Bien sûr il a fallu ajouter une seconde à 2008 pour tenir compte du fait que la terre ralentit en moyenne, d'environ 2 millisecondes par jour sur un siècle. Cette seconde rajoutée n’a pas bouleversé - pourrait-on oser un soupir? – le grand désordre du monde malgré les espoirs un peu fous qu’auraient pu avoir les adeptes de l’effet de l’aile de papillon. Vous savez cet effet célèbre depuis que le météorologue Edward Lorenz l’avait évoqué en 1972 dans une conférence à l'American Association for the Advancement of Science intitulée "Predictability: Does the Flap of a Butterfly's Wings in Brazil Set off a Tornado in Texas?"(*). Hélas rien de tel avec cette seconde qui s’est perdue noyée dans l’océan du temps et dans l’indifférence générale. Et pourtant, en s’appuyant sur sa théorie des fractales, qui représente assez bien l'instabilité de comportement d’un système chaotique dont l’effet papillon est une manifestation, Benoit Mandelbrot avait élaboré dès 1961 une théorie financière qui prévoyait la survenue des variations extrêmes que nous vivons aujourd’hui et décrite, pour les amateurs, dans son ouvrage "Une approche fractale des marchés" (Editions Odile Jacob).  Mais pour revenir à la nouvelle du jour, souhaitons donc à Yolande Moreau que la mer du succès monte enfin…

Patrice Leterrier

28 février 2009


 

Partager cet article
Repost0

commentaires