Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 20:50

D

ans son éditorial du Figaro d’aujourd’hui, Martine Perez pose une question en forme de provocation: "les experts scientifiques sont-ils tous pourris?". Diable ! La question interpelle dans le landerneau comme on dit. Tout le monde se souvient du scandale de l’affaire Outreau. Les experts psychologues avaient déclaré "crédibles" les enfants. Leurs accusations avaient conduit aux assises du Pas-de-Calais les dix-sept personnes et fait condamner injustement six personnes finalement acquittées en appel. S’agissant de paroles d’enfant et de psychologie, on peut invoquer la difficulté de la tâche des experts. On peut même avoir des doutes sur le caractère scientifique et probant de leurs avis. Certains d’entre eux se justifient bien maladroitement en évoquant la misérable contrepartie financière de leur travail… Mais l’argument scientifique ne tient pas vraiment quand on voit les experts chimistes qui se contredisent dans l’affaire de l'explosion de l'usine AZF, qui a fait 31 morts et plus de 2.000 blessés à Toulouse le 21 septembre 2001. Dans ces deux cas, on peut éventuellement parler de légèreté ou d’incompétence mais on ne soupçonne pas qu’il s’agisse de prise d’intérêts des experts grassement payés par des lobbies. Les choses sont différentes lorsqu’il s’agit d’OGM, d’antennes-relais de téléphones portables ou encore du premier verre de vin. On se souvient du tollé provoqué par l’avis des experts de l’AFSSET sur l’innocuité du maïs transgénique MON 810 accusés d’être à la solde de Monsanto. Ils déclarent dans un communiqué intitulé "les experts en ont assez" que "les avis émis par les comités d'experts scientifiques ne sont pas systématiquement favorables à tous les OGM" mais que "curieusement, les avis négatifs ne sont jamais objets de récriminations". Dans l’affaire des antennes de téléphones portables, trois jugements de justice ont intimés l’ordre à des opérateurs de démonter leurs équipements alors que l’académie de médecine a émis un avis en s’appuyant sur différents rapports internationaux et concluant à l’innocuité de ces équipements. Immédiatement les experts de l’académie de médecine ont été accusés d’être à la solde des opérateurs mobiles. Alors que le sujet des antennes de téléphonie mobile fera l’objet d’une table ronde gouvernementale présidée par Roselyne Bachelot le 23 avril, deux sénateurs Verts Jean Desessard et Marie-Christine Blandin ont décidé de prendre les devants et d’organiser un colloque le 23 mars prochain sur le sujet. Jean Desessard annonce son intention de déposer une proposition de loi afin de "faire reconnaître l’électrohypersensibilité comme un handicap", alors que le concept ne repose sur aucune donnée scientifique étayée. Quant à l’institut national du cancer qui déclare que la consommation d’un verre de vin par jour régulièrement augmenterait les risques de cancer, il provoque une colère sans retenue des viticulteurs. La confusion entretenue par ces querelles entre des experts accusés de corruption et des militants, n’ayant pas forcément les compétences techniques et qui peuvent être aussi pris dans des conflits d’intérêts cachés (par exemple électoraux), laisse les citoyens dans la plus grande incertitude et alimente une angoisse inconsciente de type "Tchernobylienne"…Alors au nom de cette incertitude, la tentation est forte de mettre en avant le principe de précaution, espèce de puits sans fond à la définition vague, mis à toutes les sauces pour s’attirer les bonnes grâces des électeurs fragilisés. Ne devrait-on pas plutôt réclamer de vrais débats publics et sérieux au lieu de réveiller des vieilles peurs dont on ne peut valider les fondements ?

Patrice Leterrier

18 Mars 2009

Partager cet article
Repost0

commentaires