Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 23:53

 


L

e cousin du cantonnier de Fernand Reynaud, le professeur de philosophie passait ses nuits à disserter du rapport entre la pensée de Blaise Pascal qui a dit  "la vie est misérablement courte" par rapport à la thèse d’Albert Einstein qui a dit "plus on va vite, plus le temps est court". Pendant ce temps là, le cantonnier, qui ramassait des airelles, des champignons, quelques amandes sauvages et une poignée de noix, qui rentrait en sifflotant vers 16 heures, qui ne connaissait ni les impôts, ni la télévision ni internet, lui pendant ce temps …il dormait. La dernière étude sur le sommeil des français de l’INEPS* (institut national de Prévention et d’éducation pour la santé) intitulée "les français et leur sommeil" donne évidemment raison au regretté amuseur qui savait si bien observer ses compatriotes. Certains d’entre vous se souviennent peut-être du sketch du boulanger, un chef ‘œuvre de finesse sur la xénophobie. Selon ce rapport le travail est la principale cause déclarée de manque de sommeil (53 %), suivi des difficultés psychologiques (40 %) et, dans une moindre mesure, les enfants (27 %), les loisirs (21 %), et le temps de transport (17 %). Si les personnes en dette de sommeil attribuent pour la majorité leur manque de sommeil au travail (57 %), les insomniaques l’attribuent plutôt à des difficultés psychologiques (66 %). L’étude confirme également que les insomniaques et les personnes en manque de sommeil sont des grands surfeurs et de grands amateurs de jeux vidéo devant l’éternel peut-être mais plus prosaïquement derrière leurs écrans. Le cercle vicieux s’affole littéralement pour les hypochondriaques qui consultent sans interruption les sites médicaux pour donner naissance à une nouvelle addiction que les spécialistes appellent la cyberchondrie. Ainsi le site de "Pour la science" nous rapporte le cas d’Eric qui ne dormait plus depuis trois nuits à cause d’un mal de tête qui le tenaillait depuis qu'il avait lu, sur un site Internet, qu'il souffrait peut-être d'une tumeur cérébrale. L'angoisse et le stress s'ajoutaient à ses douleurs, qui s'amplifiaient et qui l’empêchaient de dormir ce qui n’améliorait pas ses céphalées. Mais ce rapport nous apprend aussi qu’une personne sur deux a l’habitude de lire durant l’heure précédant son coucher et plus d’un quart de l’échantillon (28 %) le fait toujours ou très souvent. Le rapport ne dit pas l’effet de l’intérêt du lecteur pour l’ouvrage sur l’endormissement. On peut cependant supposer que l’endormissement plus ou moins rapide du lecteur soit un bon indicateur de la qualité perçue de l’ouvrage…ou de son état de fatigue. Il est d’ailleurs connu que quelqu’un qui vous avoue avoir passé une nuit blanche à finir un livre n’est pas pour autant atteint de troubles du sommeil mais plus probablement "victime" d’un vrai plaisir de lecteur. Je vous conseille donc de consulter ce texte avant de vous coucher de manière à profiter de son effet léthargique. Bien sûr, malgré mes efforts, je ne peux prétendre concurrencer la télévision qui est regardée par plus d’un français sur deux avant de dormir dont la moitié le fait au lit.

Patrice Leterrier

12 Mars 2009


 

Partager cet article
Repost0

commentaires